L'argousier, un super fruit aux super pouvoirs pour la santé

La baie d'argousier possède des propriétés citées dans des pharmacopées traditionnelles, qui bénéficient aujourd'hui de preuves scientifiques. Les actifs de l'argousier, huile et fraction hydrosoluble, ouvrent des opportunités dans des applications aussi variées que la santé oculaire, la santé de la peau et des muqueuses, la satiété et la ménopause ou encore la prise en charge des syndromes métaboliques.


Des bienfaits reconnus depuis l'antiquité

L'argousier pousse dans des zones géographiques ayant un climat rigoureux. On le retrouve en Europe, en Asie, dans le Caucase, en Sibérie, en Chine.

Son nom latin hippophae est tiré du grec hippos car on donnait dans l'antiquité des baies d'argousier aux chevaux pour améliorer l'aspect de leur pelage.

Les baies d'argousier sont citées dans la pharmacopée traditionnelle russe, indienne et chinoise. La mention la plus ancienne remonte au VIIIème siècle dans un traité tibétain.


Un concentré d'actifs

La baie d'argousier est composée d'une pulpe qui entoure une graine centrale. C'est un concentré de nutriments et d'actifs hydrosolubles et huileux. La pulpe et la graine contiennent respectivement environ 3% et 12% d'huile. La partie hydrophile contient plus de 190 nutriments allant de la vitamine C aux vitamines du groupe B, la vitamine K, flavonoïdes, acides aminés et minéraux (1, 2). Une telle complexité encourage à rattacher les effets physiologiques de l'argousier à la coexistence de ses composants plutôt qu'à un actif isolé.

Parmi les espèces d'argousier, Hippophae rhamnoides apparaît être la plus intéressante. Certains composés sont synthétisés par les plantes en réponse à un stress, et il a été montré que l'altitude est un facteur prépondérant de la concentration en actif des fruits. Les teneurs en vitamine C et en acides organiques augmentent avec l'altitude tandis que la quantité de sucre diminue (3). Les baies d'argousiers récoltées à une certaine altitude se distinguent donc par leur richesse en actifs.


Des huiles aux super propriétés

La baie d'argousier contient deux huiles différentes constituées majoritairement de triglycérides, et d'environ 15% de phospholipides. La pulpe du fruit contient 3% d'une huile riche en acide palmitoléique, un acide gras essentiel de la série Oméga 7 porteur de plusieurs activités physiologiques. La graine est constituée pour environ 12% d'une huile concentrée en acides linolénique (LA 18:2 Oméga 6) et alpha-linolénique (ALA 18:3 Oméga 3).

Les 2 huiles présentent des profils et des concentrations proches en tocophérols et tocotriénols. Dans les deux cas, l'alpha-tocophérol, support de l'activité de la vitamine E, est le mieux représenté. L'huile de la graine, plus concentrée en acides gras polyinsaturés, est protégée par du gamma-tocophérol dont les propriétés antioxydants sont reconnues. Les deux huiles sont riches en stérols, majoritairement du b-sitostérol.

Enfin, l'huile d'argousier contient une forte concentration de caroténoïdes qui lui confère sa couleur orangée, très majoritairement concentrée dans la pulpe de la baie. Le b-carotène est le composant dominant, mais des analyses ont identifié près de 40 caroténoïdes différents.


Des actifs antioxydants puissants

La baie d'argousier est considérée comme un super fruit. Ses actifs hydrosolubles sont valorisés comme sources naturelles de divers nutriments au premier rang desquels figure la vitamine C.

Ayant en plus une teneur élevée en composés phénoliques, les extraits d'argousier présentent une activité antioxydante ORAC comparable à celle de la framboise ou de la myrtille (5). La méthode ORAC prend en compte les antioxydants polaires comme la vitamine C et les polyphénols. Leur teneur augmentant avec l'altitude, les baies d'argousier présentent une capacité antioxydante décuplée.

La pulpe de la baie d'argousier fournit aussi des acides aminés (pas moins de 18 acides aminés), des minéraux (potassium et calcium), des vitamines du groupe B et une fraction glucidique insoluble avec une activité prébiotique.


Des bénéfices prometteurs pour la santé

Les activités santé de l'argousier ont plus particulièrement été étudiées pour sa fraction huileuse. La revue bibliographique de Zeb (6) en présente une synthèse complète accompagnées de nombreuses références. L'huile d'argousier est reconnue pour ses effets hydratants, à la fois sur l'œil et sur le muqueuses plus particulièrement. Cette propriété est attribuée à la présence de l'acide palmitoléique (16:1 Oméga 7) qui est un constituant important de la fraction lipidique cutanée. La présence de phospholipides dans l'huile est un facteur favorisant le transfert de cet acide gras jusqu'à la peau et les muqueuses.

Il a pu être montré que l'huile d'argousier diminue les symptômes de la dermatite atopique et facilite la cicatrisation des plaies. Des effets anti-inflammatoires sont à l'origine de ces propriétés.
L'apport oral d'huile d'argousier diminue la rougeur et la sensation de brûlure dans les cas de sécheresse oculaire.

Cette huile trouve aussi sa place dans des applications destinées à la ménopause en diminuant la sécheresse des muqueuses vaginales.

Enfin, l'huile d'argousier est reconnue pour sa capacité à prévenir l'apparition d'ulcères en protégeant la paroi de l'estomac. Dans ce dernier cas, ce sont les stérols de l'huile qui semblent plus particulièrement impliqués.

Une supplémentation d'huile d'argousier a montré son efficacité sur la satiété, un effet attribué à la présence de l'acide palmitoléique dans le duodénum. La capacité de l'huile à lutter contre le diabète de type 2, à diminuer la résistance à l'insuline et à prévenir la stéatose hépatique sont aussi attribuées à cet acide gras. La protection hépatique est renforcée par la présence d'antioxydants (tocophérols, tocotriénols, caroténoïdes) qui exercent une efficacité comparable à celle du chardon-marie. Ce sont aussi les antioxydants de l'huile qui sont cités pour expliquer les effets positifs de l'huile d'argousier sur le métabolisme du cholestérol et la santé cardiovasculaire.

Il reste sans doute des applications à explorer, comme par exemple la protection des probiotiques suggérée par une étude réalisée sur Lactobacillus casei montrant une survie améliorée dans l'estomac, en présence d'huile d'argousier, de cette bactérie lactique (7).

(1)Beveridge T. et al, Journal of Agricultural and Food Chemistry 47 (1999) 3480−3488. (2)Nazir F. et al, The Pharma Innovation Journal 6 n°12 (2017) 173-176. (3)Zheng J. et al, Food Research International 44 (2011) 2018–2026. (4)Yang B. et al, Journal of Agricultural and Food Chemistry 49 (2001) 1939-1947. (5)Hosseinian F. et al, Journal of Agricultural and Food Chemistry 55 (2007) 6970−6976. (6)Zeb A ., Journal of Biological Sciences 4 n°5 (2004) 687–693. (7)Ogtonbayar C. et al, Mongolian Journal of Chemistry 12 n°38 (2011) 126-130 - Pop O.L. et al, International Journal of Molecular Sciences 18 (2017) 2513-2527