Les plantes anti-âge pour ralentir le déclin des fonctions cognitives

nov. 30, 2020

Le déclin des fonctions cognitives lié à l’âge, qui peut conduire à la maladie d’Alzheimer, affecte plusieurs dizaine de millions de personnes à travers le monde. Avec le vieillissement démographique de la population, ce nombre est en constante augmentation. La maladie d’Alzheimer est une affection neurologique conduisant à une perte progressive de la mémoire, une baisse de l'attention, de la concentration, de la capacité à raisonner, une perte du sens de l'orientation… Certaines plantes peuvent atténuer cette perte des fonctions cognitives et pourraient contribuer à ralentir ou retarder la progression de la maladie d’Alzheimer. Des activités intellectuelles et physiques ont aussi leur part dans son ralentissement.


Le Ginkgo biloba L.

Ginkgo biloba L. (Ginkgoaceae) est une plante de la médecine traditionnelle chinoise qui a la réputation de contribuer au maintien des fonctions cognitives. Elle contient des terpènes (ginkgolides) et des flavonoïdes aux fortes propriétés anti-oxydantes.
Dépourvu d’effets secondaires, le ginkgo bilobé permettrait une amélioration des fonctions cognitives, de la psychopathologie et donc de la qualité de vie des personnes âgées.


Thé vert, café

Ces dernières années, plusieurs publications indiquent que la consommation régulière de thé vert pourrait prévenir la démence sénile. En effet, Le constituant principal du thé vert, l’épigallocatéchine gallate, serait un excellent neuro-protecteur. Des études cliniques montrent que la consommation de thé vert (plus de deux tasses par jour) améliore sensiblement les fonctions cognitives et la mémoire chez les personnes âgées.
La caféine pourrait également réduire le déclin des fonctions cognitives, ainsi que le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Des chercheurs de l’INSERM de Lille et de l’Université de Bonn, qui sont à l’origine d'une publication sur la caféine et son rôle dans la stabilisation des neurones du cerveau, proposent de consommer 400 mg de caféine par jour (l'équivalent de 6 tasses d'expresso).


Le Curcuma

Le Curcuma longa L. (Zingiberaceae) est plante médicinale d’origine asiatique apparentée au gingembre. Très utilisée en Inde où on la consomme régulièrement en grande quantité dans la cuisine, on observe que la prévalence de la maladie d’Alzheimer est nettement plus faible que dans les autres pays. La curcumine, substance principale du curcuma, aurait des actions inhibitrices de de la bêta-sécrétase et réduirait la formation des plaques bêta-amyloïdes, impliquées dans le développement de la maladie d’Alzheimer.
Une étude pilote, réalisée au Japon en 2012 auprès de patients âgés de 79 à 84 ans gravement atteints par la maladie d’Alzheimer à qui on a administré quotidiennement 100 mg de curcumine (en gélules) pendant douze mois, a permis d'observer une amélioration des symptômes comportementaux et psychologiques après trois mois et une amélioration des fonctions cognitives après douze mois.


Les acides gras insaturés

Ces dernières années, les résultats de certaines études suggèrent que la consommation d’acides gras insaturés sous forme de compléments alimentaires et/ou d’aliments riches en oméga comme les poissons gras (saumon, hareng, maquereau…) et de certaines huiles alimentaires ou huiles extraites de fruits tels que l'argousier, peut retarder le déclin des fonctions cognitives.


D'autres plantes riches en vitamine C (myrtille, aronie, goji, baies d'argousier), associées à la vitamine E, peuvent contribuer au maintien des fonctions cognitives et cérébrales normales. À n'en pas douter, une alimentation équilibrée, riche en fruits et en épices, permet de rester en pleine forme, plus longtemps.