Oméga-7, l'oublié de la famille des Oméga ?

Séverine Laroye I Le 15 mai 2020

C’est un constat, l’Oméga-7 est le moins connu de la grande famille des acides gras Oméga. Bien moins connu que ses cousins Oméga-3 et Oméga-6, il fait figure d'outsider mais nous allons voir qu'il n'en est pas moins intéressant pour notre santé, bien au contraire.

Les acides gras Oméga

Ces acides gras sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Ils sont constitués de chaînes d'atomes de carbone, parfois reliées à des atomes d'hydrogène. Il en existe 2 types : les acides gras saturés et les acides gras insaturés.
Les acides gras insaturés, dont fait partie l'Oméga-7, possèdent une ou plusieurs liaisons libres sur lesquelles peuvent venir se fixer des atomes d'hydrogène. On les dit alors monoinsaturé (une liaison) ou polyinsaturés (plusieurs liaisons).
C'est cette caractéristique qui va définir le nom de l'Oméga : pour l'Oméga-3, l'atome de carbone qui porte la première double liaison est le troisième de la chaîne. Pour l'Oméga-6, c'est le sixième de la chaîne et ainsi de suite. L'Oméga-7 est donc un acide gras monoinsaturé dont la double liaison hydrogène se trouve sur le septième atome de carbone.

Oméga 7
Molécule d'acide palmitoléique - Oméga-7

Des bienfaits reconnus scientifiquement pour les muqueuses

Les Oméga-7  ont de nombreuses actions reconnues sur toutes les muqueuses de notre organisme :

• Sècheresse oculaire
• Sècheresse des muqueuses (yeux, nez, bouche)
• Sècheresse de la sphère vaginale
• Sècheresse de la peau

• Régule et améliore le transit

Les avancées scientifiques sur les Oméga-7

De nombreuses études ont été menées ces 10 dernières années, et on découvre que cet acide gras, longtemps oublié, a un avenir très prometteur. Quelques unes de ces études sont pour le moins intéressantes.

Tout début des années 2000, au laboratoire Tokyo Innovation Center des chercheurs japonais font une découverte alors qu’ils étudient des souris obèses et diabétiques :
Ils remarquent que celles qui reçoivent des doses quotidiennes d’Oméga-7 (l’acide palmitoléique) ont une nette amélioration de leur état diabétique après 30 jours : réduction de la prise de poids, baisse de la glycémie, diminution de la résistance à l’insuline… [1].

Aux Etats-Unis, des injections, deux fois par jour, d’huile enrichie en oméga-7 améliorent la sensibilité à l’insuline d’un groupe de moutons et permettent de réduire de 77 % leur prise de poids [2] !
Une publication parue dans la revue Annals of Internal Medicine montre des actions très intéressantes chez l’être humain.
En étudiant les données de 3736 personnes, les chercheurs font le lien entre un taux élevé en Oméga-7 et :
• un taux plus bas de triglycérides, un marqueur de notre santé cardiaque ;
• une diminution de la résistance à l’insuline de 16,7 % ;
• une réduction du risque de diabète de type 2 de 28 % ;
• moins de graisse dans les tissus cellulaires [3].

Enfin, une étude brésilienne réalisée en 2014 vient confirmer ces résultats chez l'homme et démontre que les Oméga-7 diminuent l'inflammation du foie et les dommages que peut causer un régime alimentaire trop gras [4].

Des bénéfices pour notre système cardiovasculaire

Une étude en double-aveugle réalisée par des scientifiques de la Cleveland Clinic a tenté de démontrer comment les Oméga-7 pouvaient aider à prévenir certaines maladies cardiovasculaires. Pour ce faire, des patients on reçu tous les jours pendant un mois une dose de 220 mg d'acide palmitoléique ou un placébo.
Les résultats ont révéler chez les patients traités aux Oméga-7 des améliorations notables (par rapport au groupe témoin ayant reçu le placébo) telles que :
• Une baisse de 15 % des triglycérides
• Une diminution de 8 % du LDL cholestérol (le mauvais cholestérol)
• Une réduction de 44 % du taux des protéines C-réactives, un marqueur de l’inflammation qui, en concentration trop élevée, augmente le risque de maladie coronarienne et d’AVC [5].

Cette étude démontrent que les Oméga-7 ont la capacité d’agir de manière globale sur de multiples facteurs généralement associés à un disfonctionnement du métabolisme.

Les Oméga-7, une double casquette

Les recherches les plus récentes mettent en lumière l'aspect "hybride" du mode d'action de l'Oméga-7 : ils se comporterait en effet à la fois comme un acide gras mais aussi comme une hormone. Plus particulièrement comme une Lipokine, une hormone dont la tâche est de réguler le métabolisme de nos graisses.
Les Omégas-7 interviendraient donc dans les échanges entre nos muscles et nos tissus adipeux et assureraient une meilleure utilisation de ces graisses et éviteraient ainsi leur stockage [6]. Une efficacité donc dans la lutte contre le diabète ou le surpoids.

Plus rares que les Oméga-3

Les Oméga-7 ne se trouvent malheureusement pas aussi abondamment dans notre alimentation que les Oméga-3 (poissons gras, huile de colza et de lin, noix…).
la principale source d'Oméga-7 est le fruit de l'argousier. L'argousier (Hippophae rhamnoides L.) est un arbuste qui produit des baies orangées dont la pulpe est riche en Oméga-7. En Europe (Russie) et en Asie (Chine), d’où tiennent ses origines, ils sont consommés depuis des centaines d’années.
Les principaux pays cultivateurs d'argousiers sont le Canada, l'Allemagne, la Finlande et la France, notamment dans les Alpes du sud et la vallée de la Durance.

Découvrez nos produits à base d'Oméga-7

[1] Zhi-Hong Yang, Hiroko Miyahara and Akimasa Hatanaka, Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes, Lipids Health Dis. 2011; 10: 120.[2] Susan K Duckett, Gabriela Volpi-Lagreca, Mariano Alende, and Nathan M Long, Palmitoleic acid reduces intramuscular lipid and restores insulin sensitivity in obese sheep, Diabetes Metab Syndr Obes. 2014; 7: 553–563.
[3] Dariush Mozaffarian, Haiming Cao, Irena B. King, Rozenn N. Lemaitre, Xiaoling Song, David S. Siscovick, and Gökhan S. Hotamisligil, Trans-Palmitoleic Acid, Metabolic Risk Factors, and New-Onset Diabetes in US Adults, Ann Intern Med. Author manuscript; available in PMC 2011 Dec 21.
[4] Camila O. Souza, Alexandre A. S. Teixeira, Edson A. Lima, Helena A. P. Batatinha, Lara M. Gomes, Milena Carvalho-Silva, Isabella T. Mota, Emilio L. Streck, Sandro M. Hirabara and José C. Rosa Neto, Palmitoleic Acid (N-7) Attenuates the Immunometabolic Disturbances Caused by a High-Fat Diet Independently of PPARα, Mediators Inflamm. 2014; Il2014: 582197.
[5] Bernstein AM, Roizen MF, Martinez L. Purified palmitoleic acid for the reduction of high-sensitivity C-reactive protein and serum lipids: a double-blinded, randomized, placebo controlled study. J Clin Lipidol. 2014;8(6):612-7.
[6] Cao H, Gerhold K, Mayers JR, Wiest MM, Watkins SM, Hotamisligil GS. Identification of a lipokine, a lipid hormone linking adipose tissue to systemic metabolism. Cell. 2008 Sep 19;134(6):933-44.

Inscription Newsletter

Recevez en exclusivité les dernières informations Nutrinia

Nous appeler

Besoin d'un conseil, d'une information ?

Nous écrire

Pas le temps de nous appeler, vous préférez écrire ?

Restons en contact

Rejoignez la communauté sur les réseaux sociaux